200812_01

Gabriel écoutait les explications du chef : pour regagner la surface, il allait falloir se glisser dans ce tube gros comme un bouchon de stylo et serrer les fesses. Le voyage de chacun devrait durer une heure. Qu’est-ce que c’était, une heure, après ces trois mois passés au fond de cette mine à attendre qu’ils trouvent le moyen de les remonter ? Une heure… Et si le tube se coinçait, s’il restait là, toute sa vie, au centre de la Terre suspendu à un fil, si le fil se cassait ? Une heure…
Cinq étaient déjà remontés. Il avait le numéro huit. Encore deux et ce serait son tour. Tout s’était bien passé. Gabriel regarda partir le numéro six. Une heure de montée. Et le tube redescendrait. Il alla s’asseoir. Il avait encore le temps. Il aurait voulu fumer une cigarette. Il n’en avait pas. Il trouva un carré de chocolat au fond de sa poche. Il l’y avait caché avant que les sucreries ne soient supprimées pour qu’ils perdent tous quelques kilos. Une heure…
— Gabriel !
Son chef était là, debout devant lui. Il lui tendait la main pour l’aider à se relever.
— C’est à toi.
— À moi ?
Il avait l’air hébété.
— Non chef. Je n’y vais pas.
Gabriel sortit son couteau, menaça un instant son chef puis retourna la lame contre lui. Il se trancha la gorge, d’un coup sec.
— Non.
Ce fut son dernier mot.

Cy Jung©

Cette entrée a été publiée dans Photocriture. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>