201009_15

Tapis derrière une hutte, Hugues, seigneur de la Garenne, et son fidèle Baudoin, attendaient l’heur en observant les allées et venues autour du château. D’un doigt averti, Baudoin désigna à son maître une charrette de paille. Il en était déjà rentré deux depuis le matin et la vedette au pied du pont-levis n’en inspectait pas le contenu. Hugues hocha la tête. Le moyen était si classique qu’il craignait qu’il ne fût trop facile mais le temps pressait. Aliénor serait bientôt en gésine et il ne pouvait prendre le risque que l’héritier ne lui soit restitué à sa naissance. Il en allait de sa descendance et de l’avenir de la province.
Il observa un instant le soleil et fronça les sourcils. La charrette ferait-elle encore un voyage avant la nuit ? Et se posait la question de comment sortir. Si au moins on était en période de vendanges, les trafics de barriques seraient légion. Mais la vendange était passée et le foin que l’on rentrait au château annonçait l’hiver. Hugues devait réfléchir. Il ferma les yeux. Baudouin lui tapa sur l’épaule, désignant cette fois une brume épaisse qui venait de s’abattre sur la place forte. Quel phénomène bien mystérieux ! N’était-ce pas le moment d’en profiter ? C’était risqué mais…
— Au feu ! Au feu !
Hugues ne réfléchit plus. Il fonça, Boudoin avec lui. Il brava le feu, la fumée, la belle-mère restée en faction et emporta Aliénor dans ses bras. L’héritier, un peu secoué, naquit dans la nuit lors d’une halte. Haut les cœurs ! Et Hugues le cordon coupa.

chaussure nike

Cy Jung®

Publié dans Photocriture | Un commentaire